Hautes-Alpes : l'hypothèse du "coup de sang" privilégiée

image

DR - Le village de vacances, à Garde-Colombe

La perquisition au au domicile de l'homme qui a poignardé une femme et ses trois filles ce matin, n’a rien donné. Les enquêteurs privilégient à ce stade l'hypothèse du “coup de sang.

Un homme de 37 ans, Mohamed B. né le 28/07/1979 au Maroc, a donné mardi matin plusieurs coups de couteau à une femme et ses trois filles dans un village de vacances des Hautes-Alpes. En fuite, il a été rapidement arrêté et placé en garde à vue, sans que les causes de son geste n'apparaissent clairement.

La perquisition au domicile du suspect à Limay (Yvelines) n’a pas fait apparaître de mobile évident. L’homme était connu des services de police pour des vols avec violence, mais pas des services de renseignement. En garde à vue, il tiendrait des propos confus. Son expertise psychiatrique n'a décelé "aucune pathologie psychiatrique particulière”.


Deux hypothèses au cœur de l'agression

Selon des témoins, l'agresseur aurait reproché à ses victimes, installées dans l'appartement voisin, leurs tenues trop légères. Mais une autre hypothèse émerge : ce matin, peu avant l'agression, le père des victimes serait sorti de son logement en sous-vêtements. Une attitude qui aurait choqué Mohamed B., en vacances avec sa femme enceinte et ses deux enfants en bas âge.

Le suspect avait fait un malaise vagal lundi et avait été secouru par la famille des victimes, sans que l'on sache si cela a un lien avec les faits.

L'agression a eu lieu vers 9h30 dans le village de vacances de Garde-Colombe. Le suspect a pris la fuite après avoir donné plusieurs coups à l'arme blanche à ses victimes mais a été rattrapé par un gendarme réserviste.

La mère de 46 ans et ses trois filles, âgées de 8, 12 et 14 ans, ont été conduites à l'hôpital. L'une d'entre elles, la plus jeune, se trouve en état d'urgence absolue et a été héliportée vers l'hôpital de Grenoble. Elle souffrirait d'un poumon perforé.
Les trois autres victimes sont hospitalisées à Gap.

Une cellule d'assistance psychologique a été mise en place par la préfecture dans le village vacances, qui compte une quarantaine de logements, pouvant accueillir environ 180 personnes.