INFO M6 - Corruption présumée : 5 policiers de la BAC en garde à vue

Selon nos informations, cinq fonctionnaires de la brigade anti-criminalité de Stains (Seine-Saint-Denis) ont été interpellés lundi 23 mars dans le cadre d’une double enquête judiciaire du parquet de Bobigny (Seine-Saint-Denis) et de l’IGPN (Inspection générale de la police nationale), ouverte il y a plusieurs semaines déjà.

Des "perquisitions à la mexicaine"

Ces arrestations visent des faits de corruption présumée mais aussi de menaces à l’encontre d’une personne dépositaire de l’autorité. Concrètement, les fonctionnaires sont soupçonnés d'avoir volé des dealers et de s’être servis dans les scellés. Ils auraient également procédé à des "perquisitions à la mexicaine", c'est à dire des descentes chez des dealers hors de tout cadre légal pour se servir en argent et en drogue.

Une commissaire menacée

Dans une procédure distincte, ils sont également soupçonnés d'avoir menacé et violenté leur supérieure hiérarchique qui, à l'époque, avait constaté des dysfonctionnements majeurs au sein de son unité.

La commissaire aurait alors fait l’objet de menaces anonymes. Les pneus de son véhicule auraient été crevés sans que l’auteur des faits soit retrouvé tandis que son adresse de domicile aurait été consultée sur un fichier de police par un fonctionnaire du commissariat. Cette dernière a depuis été mutée dans un autre commissariat dans le sud-ouest de la France. Les « bœufs carottes » auraient déjà procédé à un certain nombre d’investigations pour vérifier le bien-fondé de ces accusations jusqu’à ces interpellations survenues lundi 23 mars.

Bernard Cazeneuve juge les faits "extrêmement graves"

Les fonctionnaires interpellés, quatre hommes et une femme, ont été pour certains arrêtés sur leur lieu de travail. Leur garde à vue peut durer jusqu'à 96 heures avant leur éventuelle mise en examen.

"Les faits dont ils sont suspectés sont extrêmement graves", a déclaré le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, lundi 23 mars. "Si ces faits sont avérés", le ministre "prendra des sanctions disciplinaires d'une grande sévérité, comme à chaque fois que les lois et les règles déontologiques sont enfreintes", a ajouté le ministre.            

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles