INFO JDD. Le tueur de DRH a laissé deux lettres d'adieu

·1 min de lecture

Gabriel Fortin n'a pas ouvert la bouche durant ses quarante-huit heures de garde à vue. Même mutisme samedi devant le juge d'instruction. Il n'a pas non plus laissé d'écrit expliquant les motivations de son périple meurtrier. Pourtant, deux lettres, l'une destinée à sa mère, l'autre à son demi-frère, ont été retrouvées à son domicile nancéen. Deux courriers qui s'apparentent à des "lettres d'adieu" et qui laissent supposer que l'ingénieur sans emploi avait l'intention d'en finir après s'être vengé de ceux qu'il jugeait responsables de l'échec de sa vie professionnelle.

Gabriel Fortin, 45 ans, célibataire sans enfants, a été écroué samedi après avoir été mis en examen pour "assassinats" pour le double meurtre, jeudi dans la Drôme puis dans l'Ardèche, d'une conseillère d'agence Pôle emploi et de la DRH d'une entreprise où il avait travaillé de 2008 à 2010. Sa responsabilité est également étudiée dans l'affaire du meurtre d'une autre DRH tuée par balle mardi soir sur le parking de son entreprise à Wolfgantzen (Haut-Rhin) ; ainsi que dans celle d'une tentative avortée sur un autre professionnel des ressources humaines, à Wattwiller, dans le même département.

Les policiers vont devoir reconstituer son parcours professionnel

Pour le procureur de Valence, la préméditation ne fait pas de doute tant le parcours sanglant de Fortin – qui dispose d'une licence de tir sportif depuis 2014 et possédait légalement deux armes de poings –, recoupe le CV chaotique de cet ancien élève de l'école...


Lire la suite sur LeJDD