INFO JDD. Accueil des réfugiés afghans : le maire de Clermont-Ferrand répond à la "missive" de Marlène Schiappa

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Le maire de Clermont-Ferrand, Olivier Bianchi (PS), répond à la ministre chargée de la Citoyenneté, Marlène Schiappa, qui a écrit vendredi à une vingtaine d'élus, leur demandant de joindre les actes à la parole sur l'accueil des réfugiés afghans. Dans un courrier daté de mardi, que le JDD s'est procuré, l'édile fait part de sa "stupéfaction à la lecture de cette missive". Il s'insurge également que, quelques jours seulement après les explosions meurtrières à l'aéroport de Kaboul, la "préoccupation majeure" de la ministre ait été de le "tancer".

Olivier Bianchi assure avoir déjà eu des contacts avec le préfet dans le but d'accueillir des réfugiés afghans et qu'une réunion en ce sens se tiendra jeudi. Il rappelle également que la ville de Clermont-Ferrand est signataire d'un contrat territorial d'accueil et d'intégration (CTAIR).

Voici le courrier qu'il a adressé à Marlène Schiappa :

Accueil des réfugiés afghans : le maire de Clermont-Ferrand répond à Marlène Schiappa by leJDD on Scribd

(function() { var scribd = document.createElement("script"); scribd.type = "text/javascript"; scribd.async = true; scribd.src = "https://fr.scribd.com/javascripts/embed_code/inject.js"; var s = document.getElementsByTagName("script")[0]; s.parentNode.insertBefore(scribd, s); })();

Le maire de Villeurbanne dénonce une "instrumentalisation de la souffrance"

Marlène Schiappa a écrit en fin de semaine dernière à une vingtaine d'élus qui avaient proposé d'accueillir des réfugiés afghans. La ministre ...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles