INFO JDD. 233 maires et adjoints ont été agressés en 2020

·1 min de lecture

Depuis janvier ­dernier, 233 maires ou adjoints ont été agressés physiquement, selon les chiffres du ministère de l'Intérieur que s'est procurés le JDD. L'an passé, on en dénombrait 198 à la même époque. Les violences contre les élus municipaux sont donc en progression, alors qu'elles étaient déjà en hausse en 2019, avec 383 agressions sur l'année contre 361 en 2018. Et la série noire se poursuit : après le maire de Miribel-les-Echelles (Isère) fin juillet, et celui de Saint-Philippe-d'Aiguille (Gironde) mardi dernier, l'édile de Croisilles (Pas-de-Calais) a été agressé vendredi soir après avoir été appelé pour tapage nocturne. Légèrement blessé, il a été hospitalisé et a porté plainte.

"Cette situation n'a que trop duré et exaspère l'ensemble des maires, réagit l'Association des maires de France (AMF). Au-delà de la ­compassion, le gouvernement doit passer aux actes s'il veut vraiment les protéger." Un an après la mort de l'édile de Signes (Var), Jean-Mathieu Michel, renversé par une ­camionnette dont il voulait verbaliser les occupants, qui jetaient illégalement des gravats, "les présumés responsables de sa mort ne sont toujours pas passés en jugement", s'indigne l'association présidée par François Baroin, qui demande "que les sanctions ­interviennent plus vite", et qu'elles "soient spécifiques et aggravées".

L'élue hésite désormais à intervenir seule

Des mesures ont pourtant été prises, en décembre, dans le cadre de la loi Engagement et proximité, avec notamment un renforc...


Lire la suite sur LeJDD