INFO EUROPE 1 - Wagner en Afrique : comment la société militaire russe manipule l’opinion

·1 min de lecture

Aucun site internet, ni de compte de réseaux sociaux officiels. L’empreinte numérique de Wagner est quasi-inexistante. Et pourtant, le groupe russe de mercenaires privés est bien présent dans la guerre informationnelle qui se joue en Afrique. Des documents qu'Europe 1 s'est procurés attestent que les services de renseignement savent parfaitement où trouver les relais de la société militaire privée, même si ses sympathisants, voire ses membres, ont effacé les traces de leur appartenance sur leurs profils.

Une armée de l’ombre au service de Moscou qui entend légitimer l’action du groupe Wagner dans les pays où il est implanté et faciliter le recrutement de mercenaires russophones alors même qu’il peine à attirer de nouveaux effectifs.

>> Retrouvez la matinale du jour en replay et en podcast ici

Des militaires français pris en photo

En haut de l’affiche, figurent les comptes Telegram et VKontakte – l’équivalent russe de Facebook – de "The reverse side of the medal" (Le revers de la médaille). Sur Telegram, le compte est aujourd’hui suivi par plus de 60.000 abonnés. Et il a gagné 15.000 membres entre février et octobre dernier. Tous les jours, le compte diffuse à sa communauté russophone des images de mercenaires de Wagner en Afrique, au Moyen-Orient ou dans le Donbass.

Outre cette vitrine, ces mêmes contenus pro-Wagner sont également diffusés sur les réseaux sociaux "ciblant la population africaine et animés par du personnel local", écrivent les rédacteurs de ces documents....


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles