INFO EUROPE 1 - Iquioussen : le Maroc suspend le laissez-passer consulaire permettant son expulsion

© ALAIN JOCARD / POOL / AFP

Le Maroc a suspendu hier soir le laissez-passer consulaire permettant son expulsion. Europe 1 a appris l’information auprès de plusieurs sources à Rabat. Conséquences : s’il est arrêté, Iquioussen ne peut plus être expulsé pour le moment, même si selon plusieurs sources policières françaises, les discussions se poursuivent entre la France et le Maroc. Le laissez-passer consulaire, sésame indispensable pour expulser un étranger en situation irrégulière, a été délivré le 1er août 2022. Il a une validité de 60 jours.

Contacté, l'entourage de Gérald Darmanin s'est exprimé : "Il serait incompréhensible que ce document qui n'a d'autre fonction que d'officialiser la reconnaissance par le Maroc de la nationalité de Hassan Iquioussen soit suspendu. Comment peut-on reconnaître la nationalité d'un de ses ressortissants un jour et ne plus la reconnaître le lendemain ?"

>> LIRE AUSSI - «Il doit respecter la République» : à Casablanca, l'expulsion d'Hassan Iquioussen divise

L'imam toujours en fuite

Depuis l'annonce de son expulsion  validée par le Conseil d'État mardi, l'imam Hassan Iquioussen s'est fait la malle et est aujourd'hui en cavale. La police française a la conviction qu'il se trouve en Belgique. Dès mardi, le correspondant d'Europe 1 a pu constater, au pied de sa porte, que l'imam n'était plus là. Immédiatement après, le préfet du Nord et des Hauts-de-France Georges-François Leclerc, l’artisan de cette procédure d’expulsion extrêmement bien ficelée dans sa partie admin...


Lire la suite sur Europe1