INFO EUROPE 1 : 750 policiers ont demandé une assistance d'urgence depuis août 2020

·2 min de lecture

Selon les informations recueillies par Europe 1, 750 fonctionnaires ont fait appel au groupe d’appui des policiers victimes depuis sa mise en place le 4 août 2020. Entre un et deux policiers considèrent chaque jour que leur vie privée est menacée à la suite de tags anti-police, de menaces verbales, voire d’agressions parfois lorsqu’ils sont hors service.

"Violer un Baceux (sic) = 50K€, embuscade = 1.000€, outrage : 100K€". Un nouveau "tableau de primes" a été constaté dimanche dans le hall d’un immeuble de Montévrain, en Seine-et-Marne, faisant l’objet de l’ouverture d’une procédure. Tags anti-police, embuscades, agressions hors service de policiers… Face aux menaces et violences à l’encontre des forces de l’ordre, dans le cadre de leur mission de sécurisation ou dans leur vie privée, le ministère de l’Intérieur a mis en place depuis un an et demi un dispositif d’aide pour les policiers victimes.

>> Retrouvez la matinale du jour en replay et en podcast ici

Un à deux policiers demandent de l'aide chaque jour

Selon les informations d'Europe 1, 750 fonctionnaires ont fait appel au groupe d’appui des policiers victimes depuis le 4 août 2020, jour où il a été créé. Soit une moyenne de 50 chaque mois, ou un à deux policiers chaque jour, donc, qui se considèrent menacés dans leur vie personnelle en raison de leur métier de policier, au point de faire appel aux services de la direction générale de la police nationale (DGPN). 

En 2019, plus de 50.000 faits d’agression, menace, outrage ou injure à l’encontre de policiers avaient été enregistrés. Au-delà des statistiques, cet indicateur permet de prendre en compte les conséquences des actes d’intimidation personnelle ou des violences commises à leur encontre dans le cadre privé. L’évolution de cet indicateur est suivi de près par la place Beauvau, à l’heure où certaines interventi...

Lire la suite sur Europe1

VIDÉO - Sébastien Gendraud : "La police est au bord du gouffre, mes collègues ont le moral au plus bas"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles