INFO "ENVOYE SPECIAL". Les multiples sondages commandés par Matignon pour étudier l'image de Manuel Valls de 2014 à 2016

franceinfo

A son arrivée à l'Elysée, François Hollande avait promis de mettre un terme aux commandes de sondages par les services de la présidence de la République. "Il n'y a pas le budget pour cela", avait-il justifié, critiquant en creux l'attitude de Nicolas Sarkozy, qui avait commandé pour environ 7,5 millions d'euros de sondages durant son quinquennat. Des montants jugés "exorbitants" dès 2009 par la Cour des comptes, et qui avaient suscité une plainte de l'association Anticor puis l'ouverture d'une enquête judiciaire, toujours en cours aujourd'hui.

Si l'Elysée a bel et bien arrêté ces commandes de sondages très onéreuses après l'élection de François Hollande – comme le confirment tous les rapports de la Cour des comptes depuis 2013 –, ce n'est en revanche pas le cas du Service d'information du gouvernement (SIG). Ce service, rattaché à Matignon, a trois missions principales : "l'information du Premier ministre sur l’évolution de l’opinion publique et le traitement médiatique de l’action du gouvernement", "la valorisation de l’action du Premier ministre et du gouvernement", et "la coordination interministérielle de la communication du gouvernement".

Pour remplir son premier objectif, le SIG a, parmi ses différents moyens, la possibilité de commander des études et sondages. Or, entre 2014 et 2016, selon les informations du magazine "Envoyé spécial", diffusé jeudi 13 avril sur France 2, le SIG n'a pas hésité à dépenser plusieurs dizaines de milliers d'euros, non pas pour mesurer l'opinion des Français sur l'action du gouvernement, mais sur l'image du Premier ministre lui-même. De quoi expliquer peut-être pourquoi, en 2015, un rapport parlementaire "s'interrogeait sur l'intérêt de certains d'entre eux pour la conduite de l'action gouvernementale".

En juin 2014, un sondage à 53 520 euros

En 2016, près de la moitié des (...) Lire la suite sur Francetv info

Le brief politique. François Fillon perd des soutiens au profit d’Emmanuel Macron
Le duel politique : François Hollande, après lui le déluge ?
"Dans 15 jours, Hamon, il est mort !" A Villeurbanne, comment Mélenchon a siphonné l'électorat du PS
Présidentielle : Marine Le Pen se présente comme "la candidate des limites" pour éviter "la loi de la jungle"
Journal de campagne : Le Pen à l'attaque, Cheminade dans la rue

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages