INFO E1 – Naufrage mortel de Calais : le passé trouble d’une des opératrices du Cross Gris-Nez

© Sameer Al-DOUMY / AFP

C’est un nouvel élément qui assombrit le profil d’une des opératrices du centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage (Cross) de Gris-Nez. Des révélations ces derniers jours de nos confrères du Monde  et du Canard Enchaîné accablent l’action des secours français ce 24 novembre 2021 quand 27 migrants, candidats à la traversée de la Manche vers les côtes britanniques, ont trouvé la mort . Au point que le secrétaire d’État à la mer, Hervé Berville, s’est dit ouvert à des sanctions si les faits étaient avérés.

>> Retrouvez Europe Matin en replay et en podcast ici

Selon les informations recueillies par Europe 1, l’une des opératrices, second-maître dans la Marine nationale, 21 ans aujourd’hui, a été dans le viseur des services de renseignement pendant plusieurs années au titre de l’islam radical. Sa prise en compte par les services remonte à 2015, elle est alors toute jeune adolescente. Signalée auprès des services de la sécurité intérieure, elle fait à cette époque l’objet d’un suivi du service central du renseignement territorial (SCRT) du Nord pour sa proximité avec l’islamisme.

Enquêtes de la direction du renseignement

Pendant plusieurs mois, elle va faire l’objet d’un suivi de la part de ces policiers qui l’inscrivent au fichier de traitement des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste (FSPRT). Sa fiche sera clôturée en avril 2019, "la conversion de la mineure relevant aujourd’hui davantage de la fantaisie adolescente...


Lire la suite sur Europe1