Inflation en Turquie: la colère monte dans la population, à un an des élections

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

73,5%, c'est le taux d'inflation en mai, sur un an, en Turquie. Il s'agit du taux officiel, livré par l'agence nationale des statistiques, mais contesté par un groupe d'économistes indépendants qui le situent plutôt au-dessus des 160%. C'est, quoi qu'il en soit, un niveau inédit depuis plus de vingt ans et l'arrivée au pouvoir du parti d'Erdogan. Il provoque un mécontentement dans la population, à un an des élections.

Avec notre correspondante à Istanbul, Anne Andlauer

Ces derniers mois, la flambée des prix de l'énergie et la faiblesse de la livre, la monnaie nationale, minent le pouvoir d'achat des Turcs. Le prix des denrées alimentaires hors alcools a par exemple bondi de 92% sur un an.

Salih, patron de café, ne sait plus s'il faut en rire ou en pleurer.

J'ai vu des concombres à 35 livres le kilo. Des poivrons à 40. Si on les achète, ce ne sera plus pour les manger, mais pour les mettre dans des bocaux et les admirer comme des objets précieux ! Je ne plaisante pas, on en est là.

Les autorités semblent d'autant plus impuissantes à combattre l'inflation que Recep Tayyip Erdogan a ordonné à la Banque centrale, pourtant censée être indépendante, de ne pas augmenter ses taux, contrairement à ce que font la plupart des banques centrales en ce moment.

Pour l'économiste Mustafa Sönmez, le président turc fait un choix politique.

Le président Recep Tayyip Erdogan, en difficulté dans les sondages, se vante ainsi quotidiennement du taux de croissance de son pays : 7,3% au premier trimestre. Quant à l'inflation, il promet un ralentissement à partir de ce mois de juin.


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles