Inflation : ce qu'il faut retenir des annonces de la BCE

Face à une inflation record , la Banque centrale européenne (BCE) a acté jeudi l'arrêt de son soutien monétaire à l'économie, mettant fin à des années d'achats nets d'actifs et planifiant pour fin juillet la première hausse, en plus de dix ans, de ses taux directeurs . Annoncées à l'issue d'une réunion du conseil des gouverneurs, délocalisée à Amsterdam, ces décisions, largement attendues, marquent une sortie de l'ère de l'argent pas cher et abondant.

Une série de hausses des taux suivra dans "les prochains mois"

Derniers à agir parmi les grandes banques centrales, les gardiens de l'euro prévoient de "relever les taux directeurs de 25 points de base" lors de leur prochaine réunion le 21 juillet, avant "une autre hausse en septembre". "Un pas dans la bonne direction, mais qui vient trop tard", a réagi Clemens Fuest, président de l'institut IFO, au diapason d'autres observateurs critiquant la réaction timide de l'institution.

Plusieurs "faucons" parmi les responsables de la BCE, partisans d'une action plus déterminée, avaient plaidé jeudi pour un premier pas de 50 points de base dès juillet, a appris l'AFP auprès d'une source proche des banques centrales. En tout état de cause, une "série" de hausses des taux suivra "au cours des prochains mois" en fonction des perspectives d'inflation, a expliqué la présidente Christine Lagarde.

>> LIRE AUSSIHausse des salaires, aides... Comment nos voisins européens réagissent face à l'inflation

 

Tous les acteurs économiques devront ...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles