Publicité

Inflation, prix du carburant, normes européennes… Pourquoi la colère gronde chez les agriculteurs ?

À l’Élysée, la crainte d’une extension du mouvement est de plus en plus palpable. Dans un contexte de mobilisation croissante des agriculteurs, le chef de l’État Emmanuel Macron a demandé aux préfets de rencontrer les intéressés et leurs organisations syndicales, a rapporté vendredi TF1Info. Le gouvernement est à la tâche et veut le montrer. Samedi après-midi, le ministre de l’Agriculture Marc Fesneau était attendu dans une exploitation du Cher pour échanger les exploitants agricoles.

Mais sera-ce suffisant pour apaiser les agriculteurs ? Ces derniers jours, les actions de blocage se sont succédé, notamment en Occitanie, le principal foyer de protestation. La circulation a été entravée sur l’A62, la N20 ou encore l’A64, au sud de Toulouse (Haute-Garonne). Des opérations se sont également déroulées en Mayenne, dans la Loire ou encore dans le Tarn.

La France rejoint plusieurs pays, dont l’Allemagne et les Pays-Bas, concernés par des mobilisations de grande ampleur. Pourtant, les sources de ce mécontentement s’avèrent différentes de celles évoquées dans les autres pays européens.

L’Union européenne dans le viseur

Dans l’Hexagone, le prix du lait est régulièrement dénoncé par les éleveurs. Certains estiment que les coûts d’exploitation, en hausse en raison de l’inflation, rognent les marges. Les géants laitiers sont accusés d’acheter le lait à des prix trop bas. Raison pour laquelle des agriculteurs se sont rassemblés jeudi devant cinq sites de Lactalis, situés en Mayenn...


Lire la suite sur LeJDD