Inflation : Paris, Lyon, Bordeaux... Vers une flambée du prix des transports en commun ?

© Pixabay

Les transports en commun français ont du mal à suivre le rythme de l’inflation. Paris, Lyon, Bordeaux, Toulouse, Nantes… Partout, l’augmentation des prix de l'électricité et du gaz, pèse sur les budgets et pose la question d’une répercussion sur les usagers. À Paris, une hausse du prix du passe Navigo a déjà été annoncée par la région Île-de-France.

Il y avait les investissements massifs pour développer le réseau en vue des Jeux olympiques de Paris 2024 et la baisse de la fréquentation après la crise sanitaire. Désormais, il faut ajouter la brutale augmentation des prix de l’énergie. La région Île-de-France a fait ses comptes et doit trouver 950 millions d’euros pour boucler son budget 2023. Face à ce constat, la hausse du prix du passe Navigo au 1er janvier apparaît inévitable.

>> Retrouvez Europe Matin en replay et en podcast ici

Effet boule de neige

La situation est semblable à Lyon. Le deuxième réseau de transports de France a déjà vu son budget énergie passer de 40 à 50 millions d’euros entre 2021 et 2022. Là aussi, la région ne veut pas renoncer à ses investissements. Le Sytral, qui gère les transports lyonnais, a enclenché une transition avec l’objectif de sortir de l’utilisation de bus diesel. Et à Lyon, aussi, le prix du ticket augmentera au 1er janvier prochain.

Le sujet existe aussi à Bordeaux, même si aucune décision n’a encore été actée. A Toulouse, les prix ont déjà augmenté au 1er septembre, sans lien avec l’inflation. À Nantes aussi, la métropole se questionne. Il faut dire que plus de 300 bus y roulent au gaz. Mais le cas francilien est le plus préoccupant.

Le passe Navigo à 100 euros par mois ? Impossible

Pour la région Île-de-France, une course contre la montre a été enclenchée. Si les 950 millions d’euros étaient entièrement répercutés sur les usagers, le prix du passe Navigo passerait de 75 à ...

Lire la suite sur Europe1

VIDÉO - France : en grève, les contrôleurs aériens demandent des hausses des salaires et des recrutements