Un infirmier qui frappe un patient atteint du Covid-19 en France ? Attention intox !

·2 min de lecture

Filmée par une caméra de vidéosurveillance, une scène diffusée sur les réseaux sociaux prétend montrer un infirmier frappant un patient sous oxygène, qui serait atteint du Covid-19, dans un hôpital français. La scène date pourtant d'il y a huit ans et a été filmée en Russie.

Un internaute a contacté le compte Twitter @InfoIntoxF24 pour nous demander de vérifier l'origine de cette vidéo de 45 secondes intitulée "Covid 19 au France, Partager la vidéo" (sic). On y voit un homme alité, sous respirateur, frappé à plusieurs reprises par un infirmier.

Un homme commente en français la vidéo en s'alarmant : "Il faut vraiment arrêter cette personne-là, parce que ça donne une mauvaise image pour notre pays. Nous sommes accueillis ici à bras ouvert, et voilà ce qui se passe. Nous dénonçons cette pratique machiavélique, sataniste, qui se passe dans nos hôpitaux".

D'où vient cette vidéo ?

La vidéo, de mauvaise qualité, et altérée graphiquement par la présence du texte en haut de l'image ne permet pas une recherche facile via les outils de recherche d'image inversée classique. En revanche, il est possible d'en retrouver la trace en faisant une capture d'écran de la vidéo, et en recentrant l'image sur le lit du patient.

Grâce au moteur de recherche Yandex, on retrouve deux résultats sur des médias britanniques, The Sun et le Daily Mail.

L'incident a eu lieu en Russie en février 2013. L'homme en blouse bleue, Andrei Votyakov, chef du service d'anesthésiologie et de réanimation du Centre fédéral de cardio-chirurgie de Perm, en Sibérie, avait expliqué avoir perdu son sang-froid face à ce patient après avoir enchaîné 36 heures de travail non stop". Il avait précisé dans des interviews à des médias russes : "Dès que je suis entré dans la pièce avec mon équipe, il a commencé à me lancer divers noms d'oiseaux. Nous avions passé énormément de temps avec son cas, très compliqué, pour l'aider à se rétablir, et il n'a pas dit un seul mot de gratitude".

La vidéo avait été relayée par de nombreux médias, comme ci-dessous par l'antenne arabophone de SkyNews.

L'homme frappé est décédé peu de temps après que la vidéo a été filmée. Celle-ci n'a cependant été rendue publique qu'en juillet 2014, date à laquelle le médecin a été licencié par sa direction. La justice russe l'a également condamné à cinq mois de travaux d'intérêt général et à une amende de 100 000 roubles en 2015.

Correction le 02/04 à 12h : Andrei Votyakov a indiqué avoir enchainé 36 heures de travail, et pas 24 heures, comme indiqué dans la première version de cet article.