Infirmière disparue dans le Tarn, trois semaines de mystère

Par Valentine Arama (avec AFP)
·1 min de lecture
À droite, Cédric Jubillar lors de la battue citoyenne du 23 décembre.
À droite, Cédric Jubillar lors de la battue citoyenne du 23 décembre.

Voilà trois semaines que Delphine Jubillar, née Aussaguel, s'est mystérieusement volatilisée. C'est son mari, avec qui elle était en instance de divorce, qui a prévenu les autorités au petit matin du 16 décembre, expliquant qu'il aurait été réveillé par un de ses enfants et constaté l'absence de sa femme. Il a signalé sa disparition en appelant le 17 vers 4 h 30 du matin le 16 décembre. Une enquête a immédiatement été ouverte par le parquet d'Albi pour « disparition inquiétante ».

Les enquêteurs ont sondé lacs et rivière, mené des battues dans les champs et les bois autour du village de Cagnac-les-Mines, une ancienne cité minière de 3 000 habitants située près d'Albi, où la jeune femme habitait avec son mari et ses deux jeunes enfants âgés de 6 ans et 19 mois. Le 23 décembre, une battue citoyenne a été organisée avec plus d'un millier de participants, sans succès.

Le domicile du couple placé sous scellés

L'appel à témoins diffusé par les gendarmes. © - / GENDARMERIE NATIONALE / AFPUn appel à témoins a également été diffusé sur les réseaux sociaux par le groupement de la gendarmerie du Tarn. On y découvre Delphine Jubillar, cheveux longs et bruns. Selon l'appel à témoins, elle pourrait être vêtue d'une doudoune blanche à capuche, mesure 1 m 68 et a une corpulence « mince ». Malgré les très importants moyens mis en ?uvre, aucune trace de Delphine Jubillar, infirmière à la clinique Claude-Bernard d'Albi, n'a cependant été retrouvée. Le domicile du couple a ét [...] Lire la suite