Publicité

Histoires de femmes infidèles : "Je rêvais chaque soir que je faisais l’amour avec une femme"

Histoires de femmes infidèles :
Histoires de femmes infidèles : "Je rêvais chaque soir que je faisais l’amour avec une femme"

Crédit : Getty

En mars 2019, le profil de la femme infidèle type était partagé par un site de rencontres spécialisé : 37 ans en moyenne, cadre supérieure, citadine, mariée depuis plus de cinq ans et mère de deux enfants. Différentes études tendent également à montrer que de plus en plus de femmes se tournent vers l'infidélité (elles étaient 31% à déclarer avoir déjà trompé en 2014, elles étaient 33% en 2016). Qui sont ces femmes ? Quelles sont leurs motivations ? Comment organisent-elles leurs vies ? Ce seront les questions que nous avons voulu poser à certaines d'entre elles.

Si vous aussi vous voulez raconter vos belles histoires de vie, d'amitié et d'amour, vous pouvez envoyer un message à cette adresse : lucilebellan@gmail.com.

Ariane a 38 ans et elle est en couple depuis 7 ans : "J’ai eu plusieurs histoires importantes dans ma vie mais c’est celle qui est la plus mature. Je sais qu’on ne va pas se quitter au moindre conflit. On parle des choses, on se respecte. Je me sens chanceuse de l’avoir dans ma vie. Mais il y a quand même une partie de moi dont je ne peux pas lui parler. Je me suis découverte bisexuelle il y a quelques années alors que c’est quelque chose que je n’avais jamais envisagé avant. Seulement, je rêvais chaque soir que je faisais l’amour avec une femme. J’ai été très déstabilisée avant de me dire que ce n’était pas si grave. C’est quand j’ai commencé à y penser pendant que je faisais l’amour avec mon homme que je me suis dit qu’il fallait faire quelque chose."

>> Retrouvez toutes nos histoires de femmes infidèles

De la logique et le moins de danger possible

Ariane se dit alors qu’il lui faut passer à l’acte : "Je me suis dit que c’était la seule manière de virer ça de mon système. Je ne connais aucune femme qui serait d’accord pour faire ça avec moi, je n’y connais rien en drague entre femmes, la seule solution que j’ai trouvée, c’est d’aller en club libertin. J’y étais allée avec un ex quand j’étais plus jeune et ça s’était bien passé. Je n’en étais pas sortie en devenant accro mais c’était une bonne expérience. Comme pour le reste, j’ai fait ce qui me semblait le plus logique et le moins dangereux pour mon couple."

Vidéo. Amal Tahir : "Arrêtons de penser qu'une femme qui trompe c'est plus dangereux parce qu'elle aime."

Ariane se rend dans un club dans la grande ville proche de chez elle, en journée : "Pas question de chercher une excuse pour sortir seule le soir et commencer à devoir mentir sur des alibis. Je sais que les clubs sont ouverts plus ou moins tout le temps alors j’ai posé un RTT un après-midi et j’y suis allée. Je sais aussi que chaque fois est différente et qu’on est jamais sûr de trouver son bonheur quand on en a envie. J’y suis allée en me disant que si je ne trouvais personne à mon goût, j’allais y retourner jusqu’à ce que ça marche. Heureusement, ça a marché du premier coup."

Une rencontre dans le jacuzzi

Ariane trouve son amante dans le jacuzzi du club : "Elle profitait de la partie SPA de l’endroit en se disant que si elle trouvait quelqu’un ça serait cool aussi. Elle avait le parfait état d’esprit pour moi. On a commencé à discuter et je lui ai expliqué ce que je ressentais. Elle s’est rapprochée et m’a demandé si j’avais envie d’essayer avec elle. J’ai dit oui. Elle avait confiance en elle et n’était pas à son coup d’essai. C’est une bisexuelle aussi. Je me suis dit que c’était la personne parfaite pour me prendre cette virginité là. On a passé l’après-midi dans un coin câlin du club, juste toutes les deux. Je ne voulais pas de mateurs alors on a fermé la porte. J’ai adoré tout ce qu’on a fait et je me suis retrouvée moins maladroite que ce que je croyais. Je lui ai donné du plaisir, je crois. Et ça a fait ma journée."

Ariane ne cherche pas à revoir cette femme : "Pour moi, c’était une histoire d’une fois. Je n’aurais pas de sentiments parce que je suis déjà amoureuse et heureuse en couple. Je n’ai pas envie de me perfectionner ou quoi que ce soit du genre. Je ne suis pas retournée en club parce que je ne pense pas non plus que j’ai quoi que ce soit à y faire de plus. J’ai goûté et j’ai aimé et ça me va bien comme ça. Ça m’arrive de rêver encore de femmes ou d’y penser pendant le sexe mais c’est plus comme une stimulation masturbatoire et pas avec l’urgence que je ressentais avant. Je ne parle jamais du fait d’être bisexuelle. Je le sais et ça me suffit. Je ne veux pas prendre le risque que ça mette en péril mon couple. Je n’ai aucune idée de la réaction potentielle de mon mec à cette information mais je pense qu’il pourrait être blessé qu’on en ait jamais parlé. Je veux lui éviter ça. Pour moi c’est entre moi et moi. Et ce qui s’est passé aussi."

À lire aussi :

>> Histoires de femmes infidèles : "Mon copain me trouve trop portée sur la chose. Alors, je retrouve un voisin sur le parking"

>> Histoires de femmes infidèles : "J'ai trompé mon conjoint sur les conseils de ma mère. J'ai bien fait de l'écouter"

>> Histoires de femmes infidèles : "Je trompe mon mari parce que j’ai peur que notre enfant soit moche"