Vous avez eu un infarctus ? Faites-vous vacciner contre la grippe dans les 72 heures qui suivent

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Un groupe a reçu un placebo et l'autre un vaccin contre la grippe (Getty Images/iStockphoto) (Getty Images/iStockphoto)
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Selon une étude, recevoir un vaccin contre la grippe dans les 72 heures après un infarctus du myocarde pourrait diminuer très fortement la gravité d'une récidive.

Chaque année, environ 80 000 cas d’infarctus du myocarde sont identifiés. De quoi s'agit-il ? Une partie du muscle cardiaque est détruit suite à la présence d’un caillot sanguin placé dans l’artère coronaire. Pendant les douze mois après cette attaque cardiaque, les patients sont davantage à risque d’en faire une deuxième. Mais un geste préventif pourrait bien changer les choses.

Selon une récente étude suédoise, le vaccin contre la grippe pourrait bien réduire ce risque. Des chercheurs de l’Université d’Orebro et une équipe de recherche péruvienne ont constaté que les patients qui avaient reçu un vaccin contre la grippe dans les trois jours après l’infarctus avaient moins de risque de mourir d'une récidive. Précisément, le risque a diminué de 40% au cours de l’année. À condition que l’injection ait bien été réalisée dans les 72 heures suivant le premier accident cardiaque.

VIDÉO - Carnet de Santé - Dr Christian Recchia : "Il avait 35 ans, faisait un infarctus massif et n’avait qu’un seul signe : une douleur au coude gauche"

Un risque de récidive identique

Pour parvenir à cette conclusion, les chercheurs ont analysé les données de 3 000 patients ayant été victimes d’une crise cardiaque et vivant dans huit pays différents. Dans le cadre de cette étude, certains participants ont reçu l’injection contre la grippe et d’autres un placebo. Une autre recherche, menée au Pérou, a porté sur les données de 4 000 patients. Elle a révélé que la vaccination contre la grippe réduisait de 47% les risques de mourir d’une seconde crise cardiaque.

Si ces deux études rapportent une baisse du risque de décès, elles n'ont pas constaté une diminution des récidives. En effet, le taux de seconde crise cardiaque reste le même mais il semblerait que la gravité de ce deuxième épisode soit diminué.

VIDÉO - Carnet de Santé - Dr Christian Recchia : "80 000 personnes font un infarctus chaque année en France, alors que c’est très simple à éviter"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles