"Cette industrie est morte" : en Pennsylvanie, à la veille de l'élection présidentielle, les derniers mineurs de charbon désespèrent

franceinfo
·1 min de lecture

Le train qui transporte le charbon vient briser le silence qui pèse sur la ville de Masontown (Pennsylvanie). Dans un petit restaurant italien, Lisa et son amie s’occupent comme elles peuvent en fabriquant des décorations de Noël, faute de clients : "Tout le monde est parti d’ici. Quand j’ai ouvert mon restaurant il y a seize ans, il y avait des commerces tout le long de l’avenue principale. Maintenant ils sont fermés. À la place de la salle de sport là, il y avait un cordonnier. Il ne vendait qu’aux mineurs. Il fabriquait leurs ceintures, leurs bottes et quand les mines ont fermé, il a dû fermer aussi. Il n’y a plus rien ici."

Quand je vous ai vues je me suis demandé : mais qu’est-ce qui vous amène dans une ville fantôme ?

Lisa

à franceinfo

Dans le comté de Greene County (Pennsylvanie), il ne reste plus que quelques mines en activité. Tony Brunsak travaille à celle de Cumberland : "À une époque il y avait des mines dans tous les coins." La dernière fermeture date de 2018, quand 370 mineurs ont perdu leur emploi.

Aujourd’hui Tony enrage contre Donald Trump, pour qui il avait pourtant voté il y a quatre ans : "Je le regrette et ça n’arrivera plus jamais. C’était la première fois que je votais pour un républicain. À cause de ses promesses ! Parce qu’il avait dit qu’il allait faire revivre le charbon ! Et qu’il allait stopper les fermetures (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi