Industrie du luxe: LVMH et Tiffany se sont finalement dit «oui»

·1 min de lecture

LVMH et Tiffany annoncent avoir trouver un accord pour finaliser leur union. Le montant du rachat de Tiffany a été revu à la baisse et l’opération pourrait être finalisée courant janvier.

Pour sauver leur mariage brutalement compromis à la fin de l’été, le joaillier américain Tiffany accepte d’abaisser son prix de rachat. Depuis plusieurs semaines les deux groupes avaient repris leurs discussions et ils viennent d’aboutir à un accord financier, qui ramène le prix de rachat de l’action Tiffany à 131 dollars 50 contre 135 dollars initialement prévus. Au total, un rabais pour LVMH de 400 à 500 millions de dollars.

Le leader mondial du luxe convoite Tiffany depuis novembre 2019, date de l’annonce de leur fusion conclue pour un montant record dans le luxe de 16 milliards 200 millions de dollars. Mais c’était avant la pandémie de coronavirus qui a balayé l’économie et au passage détérioré les résultats de Tiffany.

Début septembre, Bernard Arnault, le patron de LVMH, se rétracte au motif que les performances commerciales de Tiffany ne sont plus les mêmes. En réaction, le joaillier américain annonce avoir saisi la justice du Delaware pour forcer LVMH à conclure la transaction initialement convenue. S’engage alors une procédure judiciaire avec un procès fixé au 5 janvier prochain et l'Etat français monte au créneau.

À lire aussi : l'État au secours de LVMH pour repousser le rachat de Tiffany

Mais l’accord annoncé ce jeudi met un terme à toutes procédures.

En passant la bague au doigt de Tiffany, le géant du luxe double le poids de son pôle horlogerie-joaillerie et par la même occasion débourse la plus grosse somme de son histoire.