Industrie : ces ingénieures qui se battent contre les stéréotypes auprès des collégiennes

© KARINE PÉRON LE OUAY / HANS LUCAS / HANS LUCAS VIA AFP

Parmi ses objectifs de renforcement des mathématiques à l'école, le ministre de l'Éducation nationale Pap Ndiaye souhaite tendre vers la parité filles-garçons dans les spécialités scientifiques au lycée . À l’occasion de la semaine de l’industrie, l’association de femmes ingénieures "Elles bougent" a obtenu l’ouverture d’un centre de recherche de GRT Gaz, à Villeneuve-la-Garenne, en banlieue parisienne. Une visite spécialement organisée pour 21 élèves de 4e et de 3e qui étudient dans un collège défavorisé de Franconville, dans le Val-d’Oise.

>> Retrouvez Europe Matin en replay et en podcast ici

"On entend dire que la femme doit rester à la maison"

"Je m'appelle Alexandre, je suis ingénieur de recherche", commence Alexandre, les pieds au milieu d’un grand bac à sable. Il montre ensuite aux collégiennes comment il utilise des outils high-tech pour repérer les tuyaux défaillants, et améliorer l’entretien du réseau. "Il y a plein de tuyaux qui sont enterrés sous vos pieds !", explique-t-il. "On va suivre la position de la canalisation…", indique-t-il. "Eh oui, ça sert à tout les maths, il ne faut pas avoir peur des maths, au contraire ! C'est un peu grâce à ça que l'on vient tous les jours pour développer ce genre de GPS", s’amuse-t-il.

Les maths, et les études scientifiques en général, sont au cœur des discussions cet après-midi, entre les adolescentes et leurs marraines de GRT Gaz. "Il y a plein de stéréotypes… On entend dire que la femme doit rester à la maison, ou ...


Lire la suite sur Europe1