Indre-et-Loire : la préfète limogée pour s'être opposée à une construction sur un site protégé

© PASCAL PAVANI / AFP
Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Un limogeage qui provoque l'indignation. Celui de la préfète d'Indre-et-Loire, Marie Lajus. Le 7 décembre dernier, l'exécutif a mis fin à ses fonctions, sans préavis ni réaffectation, du moins à l'heure actuelle. La préfète aurait été poussée vers la sortie pour s'être opposée à un projet de construction dans une zone protégée.

Un projet qui allait à l'encontre de la loi Climat et résilience

Il n'y a pas de motif officiel de la part de la place Beauvau. Mais pour Le Canard Enchaîné, pas de doute, la préfète a été limogée à la suite de pressions exercées par des élus locaux pour avoir fait respecter le droit de l'urbanisme dans une affaire de projet immobilier : la construction d'un incubateur de startup en pleine zone boisée non constructible, située juste à côté d'un château classé monument historique, a Reugny, près de Tours.

La préfète s'est opposée à ce projet, estimant qu'il allait à l'encontre de la loi Climat et résilience . Un refus qui aurait motivé son renvoi.

>> Retrouvez Europe Midi en replay et en podcast ici

Une décision incompréhensible pour la sénatrice socialiste Nicole Bonnefoy. "C'est inquiétant à plusieurs titres. Il suffit que quelques gens en proximité avec un ministre puissent obtenir la tête d'un préfet ou d'une préfète. Ce n'est pas du tout satisfaisant et ça m'interpelle également au sens de la loi, puisque c'est l'application de la loi Climat et résilience. Quand on voit que cette grande loi voulue par ce gouvernement ne peut pas être appliqu...


Lire la suite sur Europe1