Indonésie. La Papouasie occidentale bascule encore un peu plus dans la guérilla

·1 min de lecture

Une attaque revendiquée par l’Organisation pour une Papouasie libre, qui conteste le rattachement de cette province à l’Indonésie, a fait quatre morts début septembre dans les rangs de l’armée indonésienne. Elle s’inscrit dans une recrudescence des attentats contre les intérêts indonésiens ces derniers mois.

Quatre militaires indonésiens ont été tués le 2 septembre lors de l’attaque d’un poste de l’armée dans la région de Maybrat, en Papouasie, par trente hommes armés de machettes. Dans une déclaration rapportée par Tempo, Sebby Sambom, le porte-parole du TPNPB-OPM, l’Armée de libération nationale de la Papouasie occidentale de l’Organisation pour une Papouasie libre, a lancé, le même jour : “Tant qu’il n’y aura pas d’intention de négocier avec nous, le TPNPB-OPM continuera de déclarer la guerre aux officiers de l’armée et de la police indonésiennes dans toute la Papouasie.”

Depuis l’intégration de la Papouasie-Occidentale à l’Indonésie, en 1969, à la suite d’un référendum sponsorisé par les Nations unies, mais dont la sincérité reste contestée, l’OPM combat pour l’indépendance de cette province, la plus orientale de l’archipel.

À lire aussi: Indonésie. Nouvelles manifestations pour l’indépendance en Papouasie

Le porte-parole indépendantiste a ajouté :

Nous recommandons aux officiers de l’armée et de la police indonésiennes de ne pas faire de ratissage au sein de la communauté civile, mais de venir nous chercher dans notre quartier général, où nous nous tenons prêts, même si nous ne sommes pas armés.”

Un militant des droits humains et de l’environnement en Papouasie-Occidentale, Bernard Baru, a déclaré à Koran Tempo que, après l’attaque, plusieurs centaines d’habitants de Maybrat s’étaient enfuis dans la forêt. Une

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles