En Indonésie, le combat des autochtones pour leurs terres

Koran Tempo

“Le combat des peuples autochtones à l’ère de la République”, titre Koran Tempo sur son édition spéciale pour la fête de l’indépendance de l’Indonésie, le 17 août. Sur l’illustration de sa une, une femme et un homme d’une communauté native se tiennent au pied d’un arbre mort. Ils regardent, impuissants, leur parcelle de verdure disparaître rapidement sous les rouleaux de peinture blanche et rouge du drapeau national.

Comme pour chaque fête nationale, le président indonésien Joko Widodo a revêtu le costume d’une communauté autochtone pour prononcer son discours annuel devant l’Assemblée consultative du peuple (le Parlement indonésien). Koran Tempo note que cette année, son choix s’est porté sur une tunique originaire des îles de Banka Belitung, au large de la côte orientale de Sumatra. “Le motif s’appelle pousses de bambous’. Il symbolise l’harmonie”, a déclaré le chef d’État sous les applaudissements.

“Mais l’habit ne fait pas encore le moine”, ironise le quotidien, qui estime que “les peuples autochtones d’Indonésie ne sont toujours pas libres”.

Gestion des ressources naturelles

Le site officiel du ministère de l’Environnement et des forêts indique que l’archipel compte plus de 1 100 peuples autochtones, totalisant 70 millions de personnes, soit presque un quart de la population du pays. “Le vent réformateur de 1998 [ère de transition démocratique] a permis à diverses initiatives et mouvements de la société civile de résoudre les conflits agraires et de reconnaître les droits des peuples autochtones dans les zones forestières. Il a également accru la prolifération d’initiatives venant d’en bas’”, reconnaît Koran Tempo.

Les données de l’Agence d’enregistrement des territoires coutumiers (BRWA) – une organisation non gouvernementale initiée par des groupes de la société civile – montrent que 1 119 zones coutumières ont été cartographiées de manière participative par les peuples autochtones. Ces terres, essentiellement forestières, abrite 20,7 millions d’hectares, réparties dans toute l’Indonésie. “Malheureusement, la complexité des réglementations régionales et sectorielles est devenue un obstacle pour l’obtention de cette reconnaissance des forêts coutumières”, explique le chef de la BRWA à Koran Tempo.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :