Inde : les travailleurs du textile sans salaire et sans nourriture

Les machines à coudre sont arrêtées en Inde. Depuis plus de cinquante jours, les petites mains du textile ont été priées de rester chez elles, confinées. Le directeur d’une usine revient pour la première fois depuis le 21 mars dans ses locaux. La poussière s’accumule partout et abîme les machines et les vêtements non terminés. Pas de solidarité Les collections printemps-été s’empilent dans les usines indiennes. Les pertes se chiffrent en centaines de millions d’euros. À cause du confinement, des centaines de milliers d’usines sont fermées. Certaines ne rouvriront pas, abandonnées par les marques européennes en cette période de crise sanitaire. Ceux qui souffrent le plus, ce sont les couturiers, les tailleurs, les travailleurs pauvres du textile. Ils n’ont pas reçu de salaire depuis six semaines et il n’y a pas d’allocations chômage ni de sécurité sociale. La famille de l’un d’eux ne mange plus à sa faim. Depuis six ans, il coud des vêtements qui partent en Europe pour de grandes marques. Malgré la pandémie de coronavirus, il a compris qu’il ne devait rien attendre de ses employeurs. Dans les prochaines semaines, les usines de vêtements vont redémarrer, mais avec 30% du personnel pour éviter la contagion.