Publicité

Inde: un service du ministère de l'Information autorisé à censurer les réseaux sociaux

En Inde, le gouvernement a renforcé les moyens d'un service controversé de lutte contre les fausses informations : celui-ci, contrôlé par le ministère de l’Information, a maintenant la capacité de censurer toute information jugée trompeuse. Le déploiement de cette mesure, juste avant les élections, soulève des questions et a donc été suspendu par la Cour suprême.

Ce service existait depuis trois ans. Chapeauté par le ministère de l’Information, il est censé contrer les fausses informations diffusées dans les médias et sur les réseaux sociaux concernant l’action du gouvernement. La différence majeure, c’est que New Delhi a signé, mercredi 20 mars, un décret qui offre à ce service un rôle de censeur : ses membres peuvent maintenant demander que toute information, qu’ils jugent « fausse » ou « trompeuse », soit retirée des réseaux sociaux.

Poursuites

Faute de quoi, ce sont Facebook ou X (anciennement Twitter) qui seront poursuivis en Inde. Ceci inquiète les défenseurs de la liberté d’expression, surtout à la veille des élections législatives. Geeta Seshu, membre de l’organisation Free Speech Collective, pense que « cette mesure révèle l’intention du gouvernement de censurer les réseaux sociaux. Qui doit décider que telle ou telle information est trompeuse ? Le gouvernement a, par exemple, lancé un programme pour mettre fin à la défécation en plein air et affirme que cela a réussi. Si un article montre que cela n’est pas le cas, est-ce que le gouvernement attaquera le média en disant que cette information est trompeuse ? »


Lire la suite sur RFI