Inde : elles saccagent un bar qui vend le cocktail du " violeur "

La lutte contre les violences faites aux femmes s'intensifie en Inde. Alors que des milliers d'Indiennes manifestent pour dénoncer l'horreur du viol et du meurtre d'une étudiante le 16 décembre dernier, des habitantes de New Delhi ont pris à parti le propriétaire d'un bar qui commercialisait un cocktail baptisé " Balatkari " (" le violeur " en hindi), rapporte " Euronews ".

Venues accompagnées d'un policier afin qu'il constate le nom infàme du cocktail affiché sur la carte du bar, les jeunes femmes membres du NCP (Parti du congrès nationaliste), s'en prennent d'abord au menu et déchirent les pages avant de mettre des claques au propriétaire de l'établissement. " Nous avons appris qu'une boisson appelée 'le violeur' était servie ici, au Bonobo bar. C'est une honte que certains ne considèrent pas le viol comme un crime odieux et l'utilisent avec une telle légèreté. Le copropriétaire, Nevile, pense que c'est une blague. Je pense qu'il n'a aucun respect pour les femmes ", déplore devant les caméras Vidya Chavan, députée de la majorité. Les militantes des droits des femmes demandent enfin que le propriétaire du bar soit arrêté et condamné.Un projet de loi pour alourdir les peines pour violJeudi, c'est un homme politique membre du Parti du congrès au pouvoir en Inde qui a été brutalisé par des habitantes d'une petite ville au nord-est du pays. Ces dernières l'accusent en effet de viol, rapporte la Radio Télévision Suisse. Au cours des cinq dernières années, une vingtaine d'hommes politiques poursuivis pour viol se sont présentés à des élections avec le soutien de leur parti politique. Une situation insoutenable pour les Indiennes.

L'histoire dramatique de la jeune étudiante de 23 ans, a poussé le gouvernement à rédiger un projet de loi qui alourdit les peines pour les viols et les agressions sexuelles. Ce texte pourrait porter le nom de (...) Lire la suite sur elle.fr

Viol collectif en Inde : l'ONU demande un débat d'urgence
Viol en Inde : les agresseurs voulaient écraser la victime
>> Voir toutes les news Societe sur le site Elle.fr

Tout commentaire contraire à la réglementation en vigueur (et notamment tout commentaire à caractère raciste, antisémite ou diffamatoire) pourra donner lieu à la suppression de votre compte Yahoo
Le cas échéant, certains commentaires que vous postez pourront également donner lieu à des poursuites judiciaires à votre encontre.