Inde: le parti du Congrès visé par une enquête, l'opposition dénonce une répression politique

En Inde, le principal parti d’opposition, le parti du Congrès est visé par une large enquête pour de supposées transactions illégales, ce qui fait suite à l’arrestation de nombreux politiciens de l’opposition. Et pour ces élus, c'est le signe d’une répression politique de la part du parti nationaliste au pouvoir.

Avec notre correspondant à New Delhi, Sébastien Farcis

Les deux dirigeants historiques du parti du Congrès, Rahul Gandhi et sa mère, Sonia, ont été interrogés pendant des jours par l’Agence de répression des fraudes ; et des perquisitions sont menées dans une dizaine de locaux du parti du Congrès dans le cadre d'une enquête sur des transactions douteuses portant sur plusieurs millions d’euros.

► À lire aussi : Inde: le BJP accuse Sonia Gandhi d’avoir comploté pour déstabiliser l’État du Gujarat en 2002

Cette même agence fédérale, très puissante, a aussi récemment placé en détention provisoire un député fédéral d’opposition et deux ministres régionaux de Delhi et Bombay, privant leurs partis de membres essentiels. Les officiers démentent toute influence politique, mais l’opposition dénonce le fait qu’aucun membre du parti au pouvoir n’est visé par ce genre d’enquête, et que les politiciens cessent même d’être inquiétés dès qu’ils rejoignent cette formation du Premier ministre.

Un démenti du BJP

Le parti du BJP rejette ces accusations, et affirme que le parti du Congrès essaie seulement ainsi d’empêcher que cette enquête embarrassante soit menée jusqu’au bout.


Lire la suite sur RFI

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles