Inde. Narendra Modi subit un revers électoral dans un État clé sur fond de record de décès

Courrier international (Paris)
·2 min de lecture

Le Trinamool Congress de Mamata Banerjee a remporté dimanche les élections régionales au Bengale-Occidental, où le BJP du Premier ministre avait déployé toutes ses forces. L’Inde, submergée par l’épidémie de Covid-19, a enregistré dimanche un nouveau record de morts en 24 heures.

Malgré la campagne “très agressive” organisée contre elle par le parti nationaliste hindou du Premier ministre indien, Narendra Modi, le Bharatiya Janata Party (BJP), Mamata Banerjee a remporté dimanche 2 mai une “victoire spectaculaire” au Bengale-Occidental (Est), État clé de 90 millions d’habitants sur lequel elle règne depuis 2011, rapporte Times of India.

Après le dépouillement de la quasi-totalité des résultats, le parti de Mamata Banerjee, le Trinamool Congress (TMC), a remporté plus de 200 sièges sur les 294 que compte l’Assemblée de l’État, et était en route vers un troisième mandat.

“Retour à la réalité” pour Modi

Des élections ont également eu lieu dimanche dans les États d’Assam (Nord-Est), du Tamil Nadu (Sud-Est), du Kerala (Sud-Ouest), ainsi que dans le territoire de Pondichéry (Sud-Est). Le BJP a conservé le pouvoir dans l’État d’Assam, mais n’a pas réussi à remporter de gains importants ailleurs.

Mamata Banerjee est apparue dimanche comme une “tueuse de géants”, ecrit Times of India, contraignant les puissants dirigeants du BJP, au premier rang desquels le Premier ministre, Narendra Modi, à “revenir à la réalité”. Ce succès, “plus large et plus grandiose que sa performance de 2016” bien que “le BJP ait utilisé toute sa puissance pour la déloger”, la place au premier rang des leaders de l’opposition, relève le journal.

“Au Bengale-Occidental, où la politique est traditionnellement axée sur la personnalité, la ribambelle de ‘vedettes’ déployées par le BJP pour la campagne, dont Narendra Modi, n’ont pas réussi à éclipser la personnalité et le leadership de Mme Banerjee”,

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :