Inde: mobilisation massive des forces de l'ordre face aux agriculteurs

·2 min de lecture

Ce samedi 6 février, des dizaines de milliers de policiers ont été déployés dans toute l'Inde face aux nouvelles manifestations des fermiers contre la libéralisation du secteur agricole. Des blocages étaient organisés dans les principaux États du pays et de nombreux agriculteurs ont été arrêtés. Ils sont de plus en plus nombreux autour de la capitale où internet a été coupé et où la police renforce ses barrages.

Passer la frontière de Tikri à New Delhi est comme entrer dans un autre pays. Depuis les incidents qui ont émaillé la fête nationale le 26 janvier, des murs de béton, des barbelés, des piques pour percer les pneus des tracteurs ont été installés, rapporte notre correspondant à New Delhi, Côme Bastin.

Dans le centre de New Delhi, dix stations de métro ont été fermées et le réseau internet a été suspendu autour de la capitale où 50 000 policiers sont désormais déployés. L’affrontement semble parti pour durer. Des syndicats d'agriculteurs ont appelé à la mise en place de barrages dans tout le pays.

D'importants déploiements de police ont été ordonnés dans les principaux États agricoles de l'Uttar Pradesh, de l'Haryana, du Rajasthan, du Maharashtra, du Telangana et du Punjab. « Il y a un déploiement de force adéquat dans les endroits sensibles » autour de Delhi, a déclaré à l'AFP Atul Srivastava, porte-parole de la police de l'Uttar Pradesh. « Nous allons nous assurer qu'il n'y a pas de problème de troubles à l'ordre public ».

Après les heurts survenus dans la capitale, les syndicats d'agriculteurs avaient promis que toute nouvelle action serait pacifique.

Des fermiers déterminés

Mais les fermiers sont déterminés. Ruldu Singh Mansa, président de l’Union des fermiers du Pendjab, laisse exploser sa colère. « Nous sommes désormais installés autour de quatre entrées de Delhi. Et rien ne nous fera bouger tant que le gouvernement n'abroge pas ses lois anti-fermiers. Je suis grand-père, et mes enfants et petits enfants participent aussi à la lutte. Nous avons le pire des Premiers ministres, sa politique est inhumaine. »

Depuis novembre 2020, des dizaines de milliers d'agriculteurs campent dans la périphérie de Delhi, et la contestation contre ces lois perçues comme une privatisation du secteur agricole prend désormais une tournure nationale. Les agriculteurs craignent, en effet, que le secteur ne soit propulsé aux mains de grands conglomérats.

Ce samedi, plus d’une centaine d'agriculteurs ont été arrêtés. Le gouvernement campe sur la défensive et assure que les fermiers sont manipulés, notamment par le Pakistan.

► À lire également : Colère des agriculteurs en Inde: un message de Rihanna enflamme Twitter