Inde : les militants soutenant les agriculteurs dans le viseur de la police

·3 min de lecture

Deux jours après l'arrestation de la militante indienne pour le climat Disha Ravi, soupçonnée d'avoir contribué à la création d'un guide des manifestations antigouvernementales des agriculteurs, des manifestants demandaient, lundi, sa libération. Un mouvement de soutien s'organise sur les réseaux sociaux.

La police indienne a lancé, lundi 15 février, un avis de recherche concernant deux activistes. Une annonce qui intervient 48 heures après l'interpellation de la militante Disha Ravi, une jeune femme âgée de 22 ans, accusée d'avoir relayé un document diffusé sur Internet par la militante écologiste suédoise Greta Thunberg. Cette dernière y soutient la révolte des agriculteurs en cours dans le pays.

Nikita Jacob and Shantanu sont toutes deux accusées d'avoir aidé Disha Ravi à créer une "boîte à outil" recensant les moyens de venir en aide à ces paysans. Une initiative inspirée de Greta Thunberg. Les deux activistes ont, du reste, demandé à Twitter de bloquer des centaines de comptes sur lesquels avaient été dernièrement diffusés des commentaires opposés aux nouvelles lois sur l'agriculture, qui cristallisent depuis quelques mois la colère des agriculteurs.

Ce document contiendrait des informations sur les manifestations d'agriculteurs, ainsi que sur la façon de se joindre aux rassemblements et de soutenir le mouvement en ligne. La police de Delhi a affirmé que Disha Ravi et son groupe l'avaient "partagé" avec Greta Thunberg.

Plusieurs dizaines de personnes ont manifesté, lundi, pour demander la libération de Disha Ravi. Originaire du sud de Bangalore (sud du pays), cette militante est "une conspiratrice ayant joué un rôle clé dans la rédaction et la diffusion du document", a déclaré la police dans un communiqué. Un tribunal a ordonné, dimanche, la garde à vue de Ravi pendant cinq jours, suscitant l'indignation des médias sociaux et des syndicats agricoles. Sur les réseaux, le hashtag #IndiabeingSilenced dénonce la répression policière..

Le pouvoir confronté à la colère des agriculteurs

Disha Ravi est l'une des fondatrices du mouvement Fridays For Future India, membre du réseau international de protestation créé par Greta Thunberg pour dénoncer l'inaction des gouvernants sur la question du changement climatique.

Jairam Ramesh, un ancien ministre et parlementaire membre du Parti du congrès (principale formation d'opposition), a qualifié son arrestation et sa détention de "harcèlement et d'intimidation injustifiés". Une coalition de groupes d'activistes a réclamé sa libération, se disant "extrêmement inquiète pour sa sécurité".

"L'arrestation de Disha Ravi illustre la répression croissante contre la liberté d'expression et l'opposition politique en Inde, car elle cherche à étouffer le mouvement massif de protestation des agriculteurs", a déclaré Shashi Tharoor, un député du principal parti d'opposition au Congrès indien.

Depuis la fin novembre, les agriculteurs campent sur les routes menant à la capitale New Delhi et demandent l'abrogation des nouvelles lois agricoles, un mouvement qui constitue l'un des plus grands défis auxquels a eu à faire face le gouvernement du Premier ministre, Narendra Modi, depuis son arrivée au pouvoir en 2014.

New Delhi a réagi avec colère aux récents tweets de protestations émanant de célébrités - parmi lesquelles la chanteuse Rihanna et la nièce de la vice-présidente américaine Kamala Harris, Meena Harris - les qualifiant de "sensationnalistes".

Avec AFP et Reuters