Élections en Inde : libéré de prison, l'opposant Arvind Kejriwal appelle à combattre la "dictature"

Arvind Kejriwal, un des principaux opposants du Premier ministre Narendra Modi, a été libéré vendredi sur ordre de la Cour suprême indienne pour qu'il puisse participer aux élections législatives en cours. "Sauvez mon pays de cette dictature", a-t-il lancé samedi en conférence de presse.

Tout juste sorti de prison, Arvind Kejriwal, l'un des principaux opposants du Premier ministre Narendra Modi, a appelé samedi 11 mai l'Inde à combattre la "dictature". Sa libération va lui permettre de participer aux élections générales en cours.

"Je suis venu supplier 1,4 milliard de personnes de sauver mon pays", a déclaré le ministre en chef de Delhi en conférence de presse. "Sauvez mon pays de cette dictature", a-t-il lancé, alors que l'Inde est en période de scrutin jusqu'au 1er juin.

Arvind Kejriwal s'en est également pris personnellement au Premier ministre en l'accusant d'utiliser la justice pour mettre ses adversaires sur la touche. "Modi a entamé une mission très dangereuse (...). Il enverra tous les chefs de l'opposition en prison", a-t-il dit.

À lire aussiÉlections générales en Inde : le vote électronique, une question de confiance pour la Cour suprême

Il avait été arrêté et placé en détention le 21 mars par la principale agence indienne de lutte contre la criminalité financière.

Avec AFP


Lire la suite sur FRANCE 24

Lire aussi:
En Inde, le Premier ministre Narendra Modi vote dans son état natal du Gujarat
Élections générales en Inde : le vote électronique, une question de confiance pour la Cour suprême
"Un discours odieux, mais sans surprise" : les musulmans indiens ciblés par la campagne de Modi