En Inde, l'opposant et chef de la région de Delhi arrêté pour corruption

Le chef de la région de Delhi, Arvind Kejriwal, a été arrêté jeudi, accusé de corruption notamment dans l'attribution de licences privées de vente d'alcool. Une affaire qualifiée par ses partisans de "conspiration politique" à moins d'un mois des élections nationales. Il comparait actuellement devant un tribunal indien pour contester la légalité de son arrestation.

En Inde, une figure majeure de l'opposition arrêtée à l'approche des élections nationales. Le chef de la région de Delhi, Arvind Kejriwal, a été interpellé, jeudi 21 mars, dans le cadre d'une enquête pour corruption qui, selon ses partisans, vise à l'écarter du prochain scrutin, le 19 avril.

Il comparaît actuellement devant la Cour suprême, défendu par des avocats de son parti Aam Aadmi (AAP), pour contester la légalité de cette arrestation. Arvind Kejriwal a été conduit dans la salle d'audience d'un tribunal de New Delhi, entouré d'officiers de l'Enforcement Directorate, la principale agence nationale chargée de la lutte contre les délits financiers.

À lire aussiEn Inde, le temple hindou qui sert les intérêts politiques de Narendra Modi

Le gouvernement de Arvind Kejriwal, qui fait lui-même campagne contre la corruption, a été accusé de corruption dans l'attribution de licences privées de vente d'alcool et, dans le cadre d'une enquête sur cette affaire, deux de ses principaux alliés ont déjà été emprisonnés.

Il a été condamné à deux ans de prison, mais le verdict a été suspendu en appel.


Lire la suite sur FRANCE 24

Lire aussi:
En Inde, le temple hindou qui sert les intérêts politiques de Narendra Modi
L'avion immobilisé dans la Marne a décollé pour l'Inde, deux suspects laissés libres
En Inde, Emmanuel Macron invité d'honneur d'un défilé militaire