Inde : un éléphant tue une femme de 70 ans, puis revient piétiner le corps de la défunte lors de ses funérailles

L'éléphant s'est livré à un véritable déchaînement de violence (Photo : Getty Images) (Getty Images)

La famille de la victime a dû attendre le départ du furieux pachyderme pour pouvoir reprendre et terminer la cérémonie.

Un acharnement qui reste difficile à expliquer rationnellement. Il y a quelques jours, dans l'Est de l'Inde, un éléphant a violemment attaqué une femme âgée de 70 ans, à deux reprises. Après l'avoir piétinée une première fois et lui avoir infligé des blessures fatales, l'animal est revenu chercher le cadavre de la défunte au cours de la cérémonie funéraire.

Selon le Daily Mail, la septuagénaire était en train de collecter de l'eau dans le village de Raipal, ce jeudi 9 juin, lorsqu'elle a été subitement attaquée par un éléphant "surgi de nulle part". Grièvement blessée par la charge de l'animal, la victime a succombé à ses blessures quelques heures plus tard, à l'hôpital.

L'éléphant interrompt les funérailles

Le soir même, sa famille a entrepris de lui rendre un dernier hommage en élevant un bûcher funéraire. Alors que la cérémonie avait débuté, les proches de la défunte ont cependant vu débarquer l'éléphant qui l'avait tuée. Celui-ci se serait alors saisi du corps et l'aurait ensuite piétiné une nouvelle fois, avant de le jeter et de s'enfuir.

Abasourdis et terrifiés, les proches de la septuagénaire ont dû attendre le départ du pachyderme pour récupérer le corps et procéder à la cérémonie rituelle. Selon les sources citées par le Daily Mail, le plus étrange dans toute cette histoire est que l'éléphant en question provenait apparemment d'une réserve située à environ 200 km du lieu où l'attaque s'est produit.

VIDÉO - Une jeep poursuivie par un éléphant furieux dans un parc indien

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles