Inde : les effets du mouvement #Metoo se font sentir jusqu'à Bollywood

franceinfo Culture avec agences

L'Inde est le plus gros producteur de films au monde. Avec environ 1.800 sorties par an, dans tout un éventail de langues locales, sa production est bien supérieure à celle d'Hollywood. Ses plus grandes stars sont adulées comme des demi-dieux.

Pour Malhaar Rathod, les débuts restent un mauvais souvenir. Adolescente et actrice en herbe, elle est tombée sur un producteur indien de films de 65 ans aux intentions douteuses.

"Il disait qu'il avait un rôle pour moi et ensuite m'a demandé de soulever mon haut. J'ai eu si peur. Je n'ai pas tout de suite su quoi faire", raconte la jeune femme aujourd'hui âgée de 25 ans, star montante de la télévision indienne.

Sa rencontre avec la "promotion canapé" de Bollywood illustre le parcours auquel sont confrontés les innombrables aspirants à la célébrité essayant de se faire une place dans le cinéma indien, aussi influent qu'il est endogame et fermé.


Le parcours du combattant


Nés et élevés pour devenir des vedettes, les enfants de célébrités bénéficient d'un coup de pouce et font généralement leurs débuts dans des rôles taillés sur mesure. Mais pour les dizaines de milliers d'anonymes extérieurs au système qui tentent d'y percer, l'usine à rêves peut rapidement prendre des (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi