Inde : brûlée vive par deux hommes qu'elle accusait de l'avoir violée

Une jeune Indienne de 23 ans est décédée jeudi, attaquée et brûlée vive par un groupe d'hommes alors qu'elle se rendait au tribunal pour témoigner contre deux d'entre eux, qu'elle accusait de viol.

Un drame marquant dans l'Uttar Pradesh. Vendredi, une jeune Indienne de 23 ans a succombé à ses blessures dans un hôpital de New Delhi, après avoir été attaquée la veille et brûlée vive par un groupe de cinq hommes. Parmi les suspects interpellés par la police, figurent deux hommes qu'elle accusait de l'avoir violée, et contre lesquels elle s'apprêtait à témoigner devant un tribunal. Elle s'y rendait le jour de son agression, pour être entendue à propos du viol qu'elle avait dénoncé en décembre dernier, précise l'agence AP. «La punition la plus sévère sera appliquée aux coupables», a déclaré Yogi Adityanath, le ministre de l'Etat de l'Uttar Pradesh, le plus peuplé du pays.

Quatre suspects de viol tués par la police

Ce drame survient alors que la police indienne a annoncé vendredi la mort de quatre hommes accusés d'un viol collectif, tués par des officiers lors de la reconstitution du crime, durant laquelle ils devaient expliquer où ils s'étaient débarrassés des effets personnels de la victime. Selon les autorités, les suspects auraient tenté de s'emparer des armes des policiers présents pour s'enfuir. Une enquête a été ouverte sur cette fusillade, certains redoutant une exécution extrajudiciaire dans un climat tendu : l'opinion publique avait été particulièrement bouleversée par le crime. Le corps de la victime, une vétérinaire de 27 ans, avait été retrouvé brûlé sous un pont isolé au lendemain de sa disparition à Hyderabad, dans le sud. Le viol collectif avait provoqué une série de manifestations à travers l'Inde, New Delhi, Hyderabad, Bangalore, Calcutta et d'autres villes. La députée Jaya Bachchan avait souhaité publiquement que les quatre suspects soient «lynchés en public». Les quatre hommes avaient été(...)


Lire la suite sur Paris Match