Inde: le bilan continue de s'alourdir une semaine après une crue subite dans l'État de l'Uttarakhand

·1 min de lecture

Des sauveteurs en Inde ont commencé dimanche à évacuer des corps retrouvés dans un tunnel plein de boue, alors que le bilan de la catastrophe s'élève désormais à 43 morts et 161 disparus.

Dimanche 7 février, c'est littéralement un mur d'eau qui s'est abattu sur la vallée de Rishiganga dans l'État de l'Uttarakhand détruisant tout sur son passage. Le phénomène a été d'abord attribué à la rupture d'un glacier himalayen mais d'autres hypothèses sont envisagées, dont la formation d'un lac glaciaire, due à la fonte d'un glacier, dont les rives auraient cédé.

Ce dimanche, ce sont trois corps qui ont été sortis d'un tunnel de la centrale hydroélectrique de Tapovan, ravagée par la crue. Selon des estimations, une trentaine de personnes seraient piégées depuis dimanche dernier par la boue et les rochers.

Par ailleurs, deux autres corps ont été retrouvés dans un village voisin frappé par l'inondation, selon la police.

La crainte d'une autre inondation

Les secouristes travaillent sans interruption depuis la catastrophe pour dégager le tunnel, devant lequel des proches de disparus ont manifesté en accusant les autorités de ne pas aller assez vite.

De nombreux habitants, pour beaucoup des collègues des disparus qui avaient, eux, réussi à s'échapper étaient encore rassemblés dimanche à l'entrée du tunnel dans l'attente de nouvelles informations malgré les avertissements des autorités sur un nouveau risque d'inondation.

Les autorités redoutent une nouvelle crue liée à la formation récente d'un nouveau lac himalayen près de la rivière Rishiganga. La fonte rapide des glaciers observée dans la région en raison du réchauffement climatique est de plus en plus préoccupante.

(avec AFP)

À lire aussi : Inde: «tsunami des montagnes» catastrophique dans l'Himalaya