Publicité

Inde: au moins 13 rebelles maoïstes tués dans une opération de l'armée

En Inde, l’armée a annoncé, mercredi 3 avril, avoir abattu 13 combattants armés, membres de la rébellion maoïste. L’opération s’est déroulée mardi dans l’État forestier du Chhattisgarh, à l’est du pays, qui est l’une des zones d’ancrage de ces combattants. Il y a eu une intensification des opérations de l’armée, avant les élections législatives qui commencent dans deux semaines.

Les affrontements ont eu lieu mardi 2 avril, à l’aube, et ont duré pendant huit heures environ. Des paramilitaires et des membres des forces spéciales ont pris d’assaut un groupe supposé de 100 rebelles maoïstes dans la forêt de Bijapur, dans l’État du Chhattisgarh. Au total, 13 combattants ont alors été abattus, et des armes automatiques ainsi que des lance-grenades ont été récupérés.

L’armée estime qu’ils faisaient partie de la guérilla armée de libération populaire, le bras armé du parti maoïste, qui est interdit en Inde. En tout, 22 combattants maoïstes ont été tués en deux semaines dans cette région – et plus de 50 depuis le début de l'année.

Une intensification des opérations militaires à l'approche des élections

Trouvant son origine dans une jacquerie paysanne dans un village du Bengale occidental en 1967, la guérilla maoïste combat New Delhi par les armes depuis un demi-siècle. Elle est désormais repliée dans un « corridor rouge » de forêts du centre, du sud et de l'est de l'Inde. Les naxalites, le nom officiel des insurgés maoïstes en Inde, affirment se battre pour les habitants des zones rurales et les personnes démunies. Leurs bastions se trouvent dans des régions où une grande partie de la population reste enlisée dans la pauvreté, sans accès aux services essentiels.


Lire la suite sur RFI