Publicité

Inde: Arvind Kejriwal, le chef du gouvernement de Delhi, transféré dans une prison de haute sécurité

En Inde, le chef du gouvernement de Delhi et opposant au Premier ministre a été incarcéré dans une prison de haute sécurité du pays. Arvind Kejriwal, chef d’un parti national d’opposition, l'Aam Aadmi Party (AAP), a été arrêté il y a 10 jours dans une affaire supposée de corruption et il était en détention provisoire pour interrogation. Le juge a refusé sa libération sous caution, ce qui complique encore plus sa participation à la campagne en cours des législatives.

« Arvind Kejriwal ne coopère pas et il ne partage pas le mot de passe de son téléphone » : tels sont les arguments avancés par la police pour justifier l’incarcération de cette figure de l’opposition. Et il n’en fallait pas plus car Arvind Kejriwal est accusé d’avoir violé une loi draconienne de lutte contre le blanchiment d’argent, par laquelle il est quasiment impossible d’obtenir une libération sous caution.

Il faut pour cela, avant même sa mise en examen, convaincre un juge de son innocence. L’accusé est donc prétendu coupable, une atteinte à la présomption d’innocence qui est contestée en ce moment devant la Cour suprême indienne. Arvind Kejriwal devient ainsi le premier chef de gouvernement régional en fonction à être envoyé derrière les barreaux.

Et ce président de parti d’opposition pourrait y rester pendant longtemps car un ministre de son gouvernement, accusé dans la même affaire, est déjà en détention depuis plus d’un an, sans procès ni mise en examen. Arvind Kejriwal devrait donc manquer la campagne des législatives qui dure jusqu’à début juin et durant laquelle son parti défiera celui du Premier ministre Narendra Modi.


Lire la suite sur RFI