Inde: arrestation d'une militante de la «grève pour le climat»

·2 min de lecture

En Inde, une militante environnementale de 21 ans a été arrêtée ce dimanche 14 février pour sédition. Son crime ? Avoir édité et partagé sur Twitter un document d’informations pratiques pour l’organisation de manifestations pacifiques en faveur des agriculteurs indiens. Son arrestation montre une escalade de la répression du gouvernement nationaliste hindou contre le mouvement actuel de paysans et plus généralement contre tous les militants environnementaux.

Avec notre correspondant à New Delhi, Sébastien Farcis

Disha Ravi est l’une des fondatrices de la branche indienne de « Fridays For future », le mouvement écologiste lancé par la jeune Greta Thunberg. Et à ce titre, cette Indienne a complété et relayé sur Twitter un fichier partagé par la militante suédoise, qui offre des conseils aux Indiens pour soutenir les paysans qui manifestent : tweeter son opposition aux réformes agricoles actuelles par exemple ou écrire à ses députés.

Mais pour la police de New Delhi, cette coordination avec des militants étrangers relève du complot international destiné à lancer une « guerre économique, sociale et culturelle contre l’Inde ». Et cela aurait contribué aux violences lors des manifestations du 26 janvier dernier.

► À lire aussi : Inde: les heurts lors des manifestations risquent de nuire au mouvement des agriculteurs

Disha Ravi, 21 ans, est donc la première à être arrêtée pour avoir partagé ce fichier. Les autorités l’accusent de sédition et de complot avec des séparatistes du Pendjab, une des régions d’origine des paysans. Ceci alors qu’elle vit à plus de 2 000 km de là. L’objectif semble de décrédibiliser l’énorme révolte de centaines de milliers d’agriculteurs, qui réclament depuis plus de 6 mois le retrait des réformes de libéralisation de l’agriculture.

À lire aussi : Inde: le mouvement de contestation contre la réforme agricole ne s'essouffle pas