Inde: après six semaines de scrutin, chacun veut encore croire à sa victoire avant les résultats

Le suspense est à son comble à New Delhi, capitale de l’Inde, avant les résultats officiels des élections nationales. Les sondages, autorisés ce weekend après un mois et demi de scrutin, donnent le Premier ministre Narendra Modi largement réélu. L’opposition dénonce des études fabriquées par le pouvoir et maintient qu’elle sera la gagnante demain.

Avec notre correspondant à New Delhi, Côme Bastin

Au siège du BJP, le parti nationaliste hindou de Narendra Modi, des échafaudages sont montés pour préparer la fête. Samedi, plusieurs instituts lui prédisaient jusqu'à 400 sièges sur les 543 du Parlement, largement de quoi former un gouvernement. « Notre parti va maintenir sa domination dans le Nord tout en gagnant des sièges dans le sud de l’Inde. Nous sommes certains de gagner 400 sièges, sous la direction vertueuse du Premier ministre Narendra Modi », assure JP Nadda, président du BJP.

Pas loin, on se prépare aussi à la victoire sur la pelouse du siège du Parti du Congrès. Le principal parti d’opposition s’est allié à des partis régionaux et rejette en bloc ces pronostics. « Ces sondages sont réalisés par le pouvoir en place, souligne Atul Patil, porte-parole. On voit que les fermiers sont à bout, la jeunesse écrasée par le chômage, les foyers par l'inflation. Nous allons gagner et nous battrons le pavé si le pouvoir tente de voler cette élection. »


Lire la suite sur RFI

Lire aussi:
Inde: la coalition du Premier ministre Narendra Modi en tête, selon des sondages
Inde: la méditation très médiatique de Narendra Modi, un jour avant la fin du scrutin législatif
Élections en Inde: dans l’Haryana, le chômage des jeunes joue contre Narendra Modi