Violences contre les musulmans en Inde: l'opposition monte au créneau

·1 min de lecture

En Inde, les actes et discours violents à l'égard des musulmans se multiplient. C'est un nouveau virus, celui de la haine, a dénoncé ce samedi 16 avril la présidente du Parti du Congrès Sonia Gandhi dans une tribune. Elle y dénonce la montée des actes et discours violents contre les musulmans. Cela fait suite à une alarme de Washington sur les attaques contre les minorités en Inde. Le parti BJP au pouvoir nie le phénomène.

Avec notre correspondant à New Delhi, Côme Bastin

Le climat d'oppression contre les musulmans en Inde n'est pas nouveau, mais il s'est encore accentué ces derniers mois. Une loi bannissant le port du voile a conduit à des affrontements entre étudiants hindous et musulmans. Des vendeurs musulmans ont été violemment écartés des abords de temples hindous.

Les récentes processions hindoues de Ram Navami ont été marquées par des provocations, des morts et la destruction de maisons et de commerces musulmans. Le tout avec le silence, voire la participation des gouvernements BJP au pouvoir dans plusieurs États.

Dans une tribune publiée dans The Indian Express, Sonia Gandhi est montée au créneau. « Qu'il s'agisse de vêtements, de nourriture, de foi, de fête ou de langue, les Indiens sont opposés aux Indiens et les forces de la discorde reçoivent tous les encouragements », a jugé la présidente du Parti du Congrès.

Ce samedi, le secrétaire général du BJP a répondu que c'était le parti du Congrès qui prêchait la haine contre les Hindous. Plus tôt dans la semaine, New Delhi a répliqué sèchement au secrétaire d'État américain Antony Blinken, inquiet des violations des droits de l'homme en Inde. « Nous aussi sommes inquiets de la situation des Indiens aux États-Unis », a affirmé le ministre indien des Affaires étrangères.

►À relire : En Inde, des violences en marge de processions traditionnelles hindoues

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles