Inde : à la découverte des Raika, les gardiens de dromadaires

Dans les plaines arides du nord-ouest de l’Inde, les Raika ont l’art délicat de parler aux dromadaires, à l’aide de sons très reconnaissables avec la langue. Chaque bruit a un but bien précis : faire avancer l’animal ou le faire ralentir, comme l’indique Magan, un éleveur qui en fait la démonstration aux caméras de France 2. En outre, quand l’homme siffle, celui lui permet de rassurer les dromadaires. Depuis des siècles, en Inde, les Raika sont les seuls à avoir le privilège d’élever ces bêtes. "Nous, les Raika, sommes nés du dieu Shiva. Les dromadaires, eux aussi, sont nés du dieu Shiva. C’’est pour ça qu'eux et nous sommes faits pour vivre ensemble", ajoute Magan. Une relation complice Les dromadaires et les hommes vivent une relation fusionnelle, proche de celle d’enfants avec leurs parents. Magan prodigue de nombreux soins auprès d’un bébé dromadaire, âgé deux semaines. "Il faut qu’il pense que je suis comme son père, comme ça, quand il grandira, il m’aimera et me fera confiance", explique-t-il. La caste des Raika compte 500 000 individus qui se reconnaissent à leur turban rouge. Malheureusement, toutes ces traditions et ce mode de vie sont aujourd’hui menacés à cause de l’urbanisation galopante et de l’agriculture intensive. L’habitat des dromadaires est petit à petit grignoté, au grand désarroi des Raika. Sans pâture, les animaux doivent aller de plus de plus loin pour se nourrir.