"Indécent", "ingrat": l'extrême droite s'indigne du retour au Mali de l'ex-otage Sophie Pétronin

·2 min de lecture
L'ex-otage française Sophie Pétronin peu après son arrivée à Bamako, le 8 octobre 2020 - STRINGER © 2019 AFP
L'ex-otage française Sophie Pétronin peu après son arrivée à Bamako, le 8 octobre 2020 - STRINGER © 2019 AFP

Le 9 octobre 2020, à son arrivée sur le tarmac de l'aéroport de Villacoublay après quatre années de captivité, Sophie Pétronin l'avait affirmé, elle retournerait au Mali. Quelques mois plus tard, l'ancienne otage relâchée en échange de la libération de plus de 200 jihadistes au Mali a semble-t-il joint l'acte à la parole et vivrait depuis maintenant sept mois à Bamako, capitale de ce pays d'Afrique de l'Ouest.

Un retour qui n'a absolument pas été du goût de nombreux politiques d'extrême droite. Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la France et candidat à la prochaine élection présidentielle, a fustigé ce mercredi un comportement "indécent".

"C’est un sacrilège vis-à-vis de nos soldats, de la France. Nos soldats meurent au Mali, on libère leurs assassins, leurs ennemis pour la sauver, et elle y repart? Elle est complètement dingue et c’est même indécent compte tenu des efforts de la France. On ne peut pas demander à la France de payer si cher la libération de quelqu’un qui repart à l’endroit où elle a été prisonnière, elle est consentante", a-t-il dit sur CNews.

"Irresponsable" et "indigne"

D'autres réactions indignées ont été publiées sur Twitter. A commencer par Marine Le Pen, également candidate à la présidentielle, qui a rappelé qu'en échange de la libération de la septuagénaire, des "ennemis de la France ont pu reprendre les armes contre nos soldats qui exposent leur vie pour notre sécurité".

"Ce comportement n'est pas seulement irresponsable et ingrat, il est indécent et indigne", a ajouté la candidate du RN.

De son côté, l'eurodéputé Gilbert Collard s'est montré plus intransigeant. "Qu'elle se démerde!", a-t-il lancé, rappelant lui-aussi le prix payé par la France pour sa libération.

Pour le député européen Thierry Mariani, le retour de Sophie Pétronin au Mali est "totalement irresponsable" et "d'un égoïsme indécent." "200 jihadistes avaient été remis en liberté…des jihadistes qui ainsi ont pu reprendre les armes contre nos propres soldats", a-t-il rappelé.

Finalement, le président par intérim du Rassemblement national, Jordan Bardella, a martelé que "le syndrome de Stockholm n'excuse pas tout."

"Irresponsable, surtout lorsqu'on sait que nos soldats ont mis leur vie en jeu pour la retrouver…", a-t-il jugé. 876450610001_6280112972001

Le gouvernement dénonce une "irresponsabilité"

Lors de son traditionnel point presse post-Conseil des ministres ce mercredi, Gabriel Attal a déclaré que le gouverement "déplore" le retour de Sophie Pétronin au Mali.

"Il y a une forme d'irresponsabilité vis à vis de sa sécurité à elle et de celle de nos militaires. On a des soldats qui ont été tués dans des opérations de secours d'otages", a observé le porte-parole du gouvernement.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles