Incroyable : les scientifiques ont réussi à savoir à quelle saison sont morts les dinosaures !

·2 min de lecture

Comme l’explique avec beaucoup d’informations la vidéo ci-dessous, cela fait presque 40 ans que Walter Alvarez, alors un jeune géologue fraîchement émoulu de l'université de Berkeley, a amorcé une révolution dans les sciences de la Terre en découvrant tout d’abord une étrange strate argileuse sombre marquant la disparition subite du plancton marin, précisément à la fin du Crétacé et au début de l'ère tertiaire. Or, c'est à cette époque que disparaissent non seulement les grands reptiles marins, les ammonites et les bélemnites, mais surtout les dinosaures.

Se joignant à son père, le prix Nobel de physique, Luis Alvarez, et surtout aux chimistes Frank Asaro et Helen Michel, tous de l’université de Berkeley, il entreprit de faire parler la couche en la datant et en l'analysant précisément. Les chercheurs découvrirent que cette strate contenait une quantité anormalement élevée d'un élément rare à la surface de la Terre, l'iridium. Ce métal est en revanche assez abondant dans les comètes et les astéroïdes ; c'est pourquoi Walter Alvarez en arriva à proposer que la crise biologique survenue il y a 66 millions d'années, la fameuse crise du Crétacé-Tertiaire (ou K-T, de l'allemand Kreide-Tertiär), était due à la chute d'un petit corps céleste sur Terre. Le climat et l'insolation en auraient été changés, faisant s'écrouler la chaîne alimentaire.

Cette thèse a été depuis vérifiée dans les grandes lignes, même si l’on pense aussi que les volcans à l’origine des plateaux basaltiques (les trapps) du Deccan, à l'ouest de l'Inde, ont aussi joué leur rôle. Ce qui est certain, c’est que l’on a trouvé un grand cratère d’impact précisément corrélé au dépôt de la couche d’argile noire. Il s'agit bien sûr de l'astroblème de Chicxulub.


Il y a tout presque 40 ans, les scientifiques découvraient une couche d’iridium répandue sur notre Planète, preuve d’un impact cosmique à la surface de la Terre. Retour sur une enquête incroyable qui a mis en évidence les preuves d’une extinction massive...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles