Incroyable : les cellules cancéreuses développent des tentacules pour échapper à l'immunité

·1 min de lecture

Les cellules cancéreuses déploient des trésors d'inventivité pour échapper à leur pire ennemie, l'immunité. Mais la technique que viennent d'observer les scientifiques du Birgham & Women's Hospital et du MIT est simplement extraordinaire. C'est la première fois qu'elle est observée et photographiée grâce à un microscope électronique à balayage. Sur le cliché, on peut apercevoir deux cellules : la cellule cancéreuse et un lymphocyte T.

Le rôle du lymphocyte T est de tuer directement la cellule maligne s'il y est cytotoxique, ou de coordonner les autres effecteurs de l'immunité anti-cancéreuse si c'est un lymphocyte TCD4. La cellule cancéreuse a une technique imparable pour empêcher le lymphocyte d'agir. Elle développe une longue et fine tentacule qui va puiser littéralement l'énergie vitale de son adversaire. Les détails de cet observation inédite sont parus dans Nature Nanotechnology.

Le long nanotube entre le lymphocyte T et la cellule cancéreuse. À droite, une image au microscope confocal où les mitochondries sont représentées par les points verts dans le nanotube. © Nature Nanotechnology
Le long nanotube entre le lymphocyte T et la cellule cancéreuse. À droite, une image au microscope confocal où les mitochondries sont représentées par les points verts dans le nanotube. © Nature Nanotechnology

Un nanotube qui aspire l'énergie des cellules

Cette « tentacule » est un nanotube extrêmement fin, entre 100 et 1.000 nanomètres de large. Dans certains cas, plusieurs nanotubes peuvent s'assembler pour en former un plus gros. Grâce à lui, la cellule cancéreuse entre en contact physique avec le lymphocyte et perce sa membrane. Les deux cellules sont connectées. Un marquage spécifique des mitochondries, les usines énergétiques des cellules, a permis d'observer que ces dernières sont subtilisées au lymphocyte et voyagent dans le nanotube jusqu'à la cellule cancéreuse.

Elle aspire véritablement son énergie. Cette structure très délicate a pu être observée dans des co-cultures de lymphocytes et de cellules cancéreuses. « C'était très excitant car ce genre de comportement n'a jamais été observé avant chez les cellules cancéreuses. C'était un projet compliqué car les nanotubes sont...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles