Publicité

Incompréhension en Corée du Sud quant à l’interdiction de certains livres dans des États américains

Des livres sud-coréens pour adolescents sont interdits dans certains États américains. Le dernier en date, Le club des livres interdits, qui porte malheureusement bien son nom, a été retiré des étagères au Kentucky ou encore au Missouri et peut-être bientôt en Caroline du Sud. Une décision qui suscite l'incompréhension dans son pays d'origine.

Avec notre correspondant à Séoul, Célio Fioretti

« Violent, anti-police et anti-fasciste », tels sont les arguments avancés par les militants de No Turn Left in Education, une association américaine qui milite contre « l'influence de la gauche dans l'école ». Ces derniers, et d'autres associations similaires, réclament le retrait des étagères du roman graphique pour adolescent, Le club des livres interdits.

L'un de ses auteurs, Kim Hyun-sook, raconte dans cet ouvrage le combat des Sud-Coréens contre le régime militaire de Chun Doo-hwan dans les années 1980, notamment contre la censure de la littérature. Un sujet parfois encore sensible en Corée du Sud, et pourtant le livre a reçu à sa parution un grand nombre de critiques positives.

Les auteurs font appel

Succès international et gagnante de prix littéraires, y compris aux États-Unis, Kim Hyun-sook ne comprend pas la censure de son roman. Son co-auteur Ryan Estreda ironise sur la situation d'une censure d'un livre dénonçant la censure. Les deux auteurs ont fait appel.

Précédemment, d'autres livres sud-coréens traitant par exemple des esclaves sexuelles de l'armée japonaise avaient été et demeurent toujours interdits dans certains États.


Lire la suite sur RFI