« Incompétence ou négligence ? » : Jean Castex dans la tourmente

·1 min de lecture

Alors que la seconde vague de l'épidémie de coronavirus a submergé la France, Jean Castex se retrouve plus que jamais la cible de toutes les critiques, lui qui est le visage de la gestion gouvernementale de la crise sanitaire. Dans la matinée de ce jeudi 29 octobre, le Premier ministre a ainsi été vivement chahuté par les députés lors de son discours devant l'Assemblée Nationale visant à expliquer et défendre le nouveau confinement. Mais un autre détail de cette intervention fait aujourd'hui débat.

Dans son édition de ce vendredi 30 octobre, Le Figaro raconte comment les députés et ministres, alertés par téléphone, ont pris connaissance de l'attentat de Nice durant l'intervention de Jean Castex au Palais-Bourbon. Sur son pupitre, le Premier ministre, qui n'est encore au courant de rien, poursuit lui son discours. Il n'est prévenu de la terrible nouvelle que lorsqu'il quitte la tribune. Et son plan d'action après avoir appris le drame a divisé dans les rangs de l'Assemblée.

Jean Castex charge d'abord Richard Ferrand d'annoncer la nouvelle de l'attentat meurtrier dans l'hémicycle. "Nous venons d'apprendre, à l'instant, alors que s'exprimait le premier ministre, qu'un attentat, d'une gravité extrême, s'est produit à Nice. D'après les informations parcellaires dont je dispose, au moins une personne aurait été assassinée" déclare sur son perchoir le président de l'Assemblée Nationale avant de demander aux ministres et députés présents de respecter une minute de silence. Le Premier ministre (...)

Lire la suite sur le site de GALA

"Alors, il va y aller ?" : Arnaud Montebourg prépare son retour dans le plus grand secret
VIDEO - Jean-Marie Bigard sèchement recadré après un dérapage
Caroline de Monaco face à la presse people : « il faut avoir la peau dure »
Le saviez-vous ? Les parents de Melania Trump vivent à la Maison Blanche
Laeticia Hallyday et Jalil Lespert : cet indice qui avait mis la puce à l’oreille