Incivilités : des élus locaux formés par des négociateurs du GIGN

Du petit accrochage entre voisins aux agressions physiques, il n'y a qu'un pas. Des élus locaux, encadrés par des gendarmes formés à la négociation par le GIGN, s'exercent pour prévenir l'envenimement de certaines situations. "Jamais quand on est candidat ou élu, on se pose ce type de question", reconnaît Alain Gallu, maire sans étiquette de Pierrelatte (Drôme). Cette formation, leur apporte des clés pour désamorcer des conflits. Anciens ou nouveaux élus, souvent de communes rurales, deviennent parfois la cible d'administrés violents ou en détresse. Des agressions en hausse Les incivilités vont parfois jusqu'à l'agression, ou même pire, au drame, comme le décès du maire de Signes (Var) en 2019. Beaucoup d'élus réclament donc de la fermeté. C'est le cas de Nicolas Daragon, maire (LR) de Valence (Drôme) : "Il faut des sanctions et qu'elles soient plus sévères." L'élu drômois a lui-même fait l'objet de menaces de mort. En 2020, au moins 233 agressions d'élus étaient recensées. Un chiffre en hausse de 14%.