Incidents au Stade de France : des problèmes de sécurisation des rencontres sportives qui sont déjà anciens

© AFP

Au lendemain des incidents qui ont précédé la finale de Coupe d’Europe  (Ligue des champions) opposant Liverpool au Real de Madrid au Stade de France, chacun - hommes politiques, policiers, dirigeants français et européens du football, tabloïds anglo-saxons et bien d’autres - va de ses commentaires tantôt acerbes sur la gestion des foules par les forces de l’ordre, tantôt destinés à incriminer les autres, forcément responsables des incidents. Mais qu’y a-t-il de nouveau dans ces incidents et dans les problèmes de sécurisation des rencontres sportives ?

Il y a 37 ans, le drame du Heysel

En 1985, alors que nombre d’incidents et de morts avaient précédé la rencontre Liverpool-Juventus de Turin, une mauvaise gestion des foules avait participé à engendrer quelques échauffourées entre les supporters les plus extrémistes. Au point de déclencher au sein du stade du Heysel en Belgique une panique générale, causant la mort par étouffement et écrasement d’une trentaine de spectateurs.

Lire aussi - Incidents au Stade de France : « On ne peut être au ban des nations sur l’organisation d’événements sportifs »

Les images télévisées étaient fortes, pour ne pas dire monstrueuses. Le match fut retardé. Les morts et les blessés furent évacués sur des civières en amont du coup d’envoi. Le match se déroula néanmoins, la Juve gagna. Michel Platini brandit la coupe. Il fut marqué à vie par ces événements au point qu’une de ses premières déclarations en tant que président de l’UEFA fut de faire de l...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles